Quelles sont les étapes pour rénover une maison ?

Une rénovation énergique est le meilleur investissement que vous pouvez faire dans votre maison. Non seulement à long terme parce que la valeur de votre propriété augmente, mais aussi à court terme. Parce que vous bénéficiez immédiatement d’une facture d’énergie plus faible et d’un meilleur confort. Mais la question, bien sûr, est par où commencer. Quels investissements sont les plus rentables ? Et quelles mesures pouvez-vous reporter ?

En fait, il y a deux scénarios : soit vous optez pour une rénovation complète dans laquelle vous presque dépouiller votre maison et rénover avec l’aide d’un architecte selon les exigences actuelles en matière d’énergie et de confort. C’est l’option la plus drastique à la fois budgétaire et investissement en temps. Soit vous allez étape par étape (ce qui est l’un des avantages de la rénovation car cela vous permet de répartir les coûts) et investir petit à petit dans une maison économe en énergie. Dans de nombreux cas (si vous ne touchez pas les façades extérieures et/ou la structure du bâtiment), vous n’avez pas de permis et vous n’êtes pas obligé d’embaucher un architecte. Mais attention : il est important que vous travaillez bien réfléchi. Sinon, il y a un risque que vos rénovations énergétiques donnent moins de résultats que vous auriez espéré. Ou pire, vous avez des ennuis par la suite parce que vous n’avez pas suffisamment tenu compte de certaines choses.

A lire aussi : Maçonnerie paysagère : qu’est-ce que c’est exactement ?

Tout d’abord les travaux structurels

Cet article fournit un guide pour gérer votre rénovation énergétique à long terme. Une petite note : vous pouvez effectuer les étapes ci-dessous sans problèmes dans l’ordre, mais en pratique, il est souvent intéressant de combiner un certain nombre d’interventions. En outre, ne pas regard aveugle à une mesure, mais essayez d’élaborer un plan global dès le début. Une règle d’or : si vous optez pour une certaine mesure énergétique, cette procédure ne devrait pas exclure la procédure suivante. Le conseil d’un architecte ou d’un expert en énergie est très utile.

Isolation de

L’ air chaud se lève. Un toit mal isolé représente près d’un tiers de toutes les pertes de chaleur, soit deux fois plus que les murs extérieurs non isolés. Les spécialistes conviennent donc que l’isolation de votre toit est la toute première mesure d’énergie, que vous gagnerez également la plus rapide. En outre, vous créez immédiatement une base solide pour le placement (à un stade ultérieur) de techniques d’énergie renouvelable, telles que les panneaux photovoltaïques ou les capteurs solaires. Ne soyez pas tenté d’installer les techniques d’abord, car après cela cela vous coûtera beaucoup d’efforts et d’argent pour mettre votre toit en ordre.

A lire aussi : Tout savoir sur les travaux éligibles à la prime énergie

Isoler votre toit est souvent moins radical que vous ne le pensez. Si vous utilisez le dernier étage seulement comme lieu de stockage, il suffit d’isoler seulement le plancher du grenier. Vous voulez des espaces de vie à part entière à l’étage, alors vous devez isoler le toit. Si le toit existant (en pente) est techniquement encore en et s’il y a un abri (vous pouvez vérifier cela en regardant le toit à l’intérieur : si vous regardez directement les carreaux ou ardoises, alors vous n’avez pas d’abri), vous pouvez facilement isoler le toit avec une isolation entre les chevrons ou les chevrons, suivi d’un pare-vapeur et la finition du plafond. Si vous avez un toit non isolé sans abri, alors une rénovation approfondie se produira dans laquelle le processeur de toit renforcera le toit, installera un abri et le terminera à nouveau.

  • © Isoover
  • ****1© Isolation Recticel

Dans de nombreux cas, un toit plat peut être isolé directement avec des plaques d’isolation et une couche de ballast (un toit dit inversé). Mais puisque de nombreux facteurs, tels que la capacité portante de la structure du toit et la hauteur des côtés existants, affectent les travaux, vous devriez laisser cela à un spécialiste.

Si vous isolez votre toit à l’intérieur sans toucher la structure de support, vous n’avez pas besoin d’un permis de construire.

Évitez cette erreur

Souvent, une rénovation complète du toit n’est que le début d’une approche globale de votre maison. Si vous prévoyez d’isoler les murs extérieurs, assurez-vous d’avoir une traversée suffisamment grande au niveau des façades et des pignons, de sorte que votre toit s’adapte parfaitement aux murs extérieurs après les travaux de post-isolation.

Murs et fenêtres

Après le toit, vos murs extérieurs sont la deuxième source de perte de chaleur en importance. Celles-ci sont inévitablement liées à vos fenêtres et portes. Si vous isolez les murs, mais gardez vos vieilles fenêtres, plus de condensation précipitera sur les fenêtres. Inversement, si vous remplacez vos anciennes fenêtres par superisolant fenêtres, et ne pas isoler vos murs ou moins bien, il ya un danger de condensation sur vos murs. Et c’est plus rapide pour l’enveloppe du bâtiment. C’est pourquoi nous considérons la post-isolation de vos murs et le remplacement de vos fenêtres et portes comme un tout logique.

Murs après isolation

Pour isoler vos murs extérieurs, vous avez trois options. L’option la plus efficace, mais aussi la plus radicale est l’installation de post-isolation à l’extérieur suivi d’une nouvelle finition (bandes de pierre, plâtre de façade, placage en bois…). Une deuxième possibilité est de remplir la cavité d’air avec un matériau isolant. Cette méthode est réalisable pour la plupart des maisons construites entre les années 1960 et 1990, à condition que la cavité soit d’au moins 6 centimètres de profondeur. Parce que l’épaisseur de la cavité est limitée, c’est le moins efficace méthode d’isolement. C’est pourquoi cette procédure est particulièrement intéressante pour obtenir des résultats rapidement et à moindre coût (une procédure intelligente !). Il n’y a pas de travaux de rupture et dans un ou deux jours, les travaux sont terminés. En plus, vous n’avez pas besoin d’un permis. Pour une valeur d’isolation optimale, vous pouvez ensuite combiner l’isolation de la cavité avec l’isolation à l’extérieur ou à l’intérieur de votre maison.

  • @ Knauf
  • ****3@ Recticel Insulation

Une troisième option consiste à isoler vos murs à l’intérieur. Cependant, cette méthode n’est pas recommandée car l’installation d’isolation à l’intérieur a un grand impact sur le comportement d’humidité des murs extérieurs. Ils ne pourront évacuer l’humidité que, avec le risque de les garder humides. Mais parfois, il ne peut pas en être autrement, par exemple, pour des raisons d’urbanisme. Si vous choisissez cette technique, un Une bonne exécution et, par conséquent, l’intervention d’un spécialiste sont cruciales.

Remplacement des fenêtres

Même si cette intervention prend le plus de temps à radier, l’installation de nouvelles fenêtres est une occasion unique de donner à votre enveloppe de bâtiment une mise à niveau énergique.

**

@ Luc Roymans/Arch. Pieter Verfaillie Le niveau d’isolation d’une fenêtre ou d’une porte est exprimé par la valeur U, qui indique la quantité de chaleur perdue par seconde et par mètre carré le long d’une partie structurale à une différence de température de 1 °C entre l’intérieur et l’extérieur. Plus la valeur U est faible, plus une pièce structurelle est isolée. Si vous remplacez vos fenêtres dans le cadre d’une rénovation approfondie, vous n’avez en réalité que deux options en termes d’énergie : soit vous choisissez le double verre haute efficacité (valeur U de 1,1 à 0,9 W/m2K), soit le triple vitrage (valeur U) inférieure à 0,8 W/m2K). Pour déterminer le niveau d’isolation de vos fenêtres, soyez conseillé par un architecte ou un journaliste EPB.

Un investissement dans le triple verre peut difficilement être gagné si vos murs ne sont pas mieux isolés que les fenêtres. Par conséquent, choisissez le niveau d’isolation de vos fenêtres en fonction de l’isolation des autres éléments structurels, tels que les murs et le toit. De cette façon, vous évitez les problèmes physiques de construction (tels que la condensation, entraînant le risque de formation de moisissures, etc.). À titre de guide minimum, vous pouvez prendre en compte les valeurs d’isolement que vous devez respecter pour avoir droit à des primes. En Flandre, le gouvernement conseille sur les fenêtres (profilés et vitrages) une valeur Umax de 1,5 W/m2K et 2,0 W/m2K pour les portes extérieures et les portails. A Bruxelles, où vous obtenez également une prime, le maximum est de 1,1 W/m2K pour le vitrage et de 1,8 W/m2K si vous remplacez toute la fenêtre. En Wallonie, vous n’obtenez qu’une prime pour remplacer un seul verre à travers les fenêtres d’une valeur U totale ne dépassant pas 1,8 W/m2K.

Évitez cette erreur

Si vous isolez votre maison existante et remplacez les fenêtres, vous améliorez non seulement le niveau d’isolation mais aussi l’étanchéité à l’air. Par conséquent, investir immédiatement dans la ventilation. Il peut s’agir d’un système D, dans lequel l’alimentation et la décharge se font automatiquement. Ou un système C où l’air pénètre naturellement par les grilles dans les fenêtres, et est aspiré par un ventilateur. Dans ce dernier cas, le remplacement des fenêtres est l’occasion parfaite de fournir des grilles de ventilation sur les fenêtres !

Isolation de

Isoler le sol est la dernière étape après le toit et les murs pour rendre l’enveloppe de l’ensemble du bâtiment économe en énergie. Note : ce n’est pas toujours évident. Si la maison est partiellement ou complètement immergée, alors vous assez facile d’appliquer des panneaux d’isolation au plafond du sous-sol (fluage). Si le plancher existant est en pleine terre, des travaux plus radicaux sont nécessaires.

Parfois, l’isolation peut être placée directement sur le plancher de support existant, mais cela augmente également le niveau du sol, ce qui à son tour peut entraîner de nombreuses autres interventions (par exemple, les portes qui doivent être relevées). Dans la plupart des cas, vous voudrez maintenir le niveau de plancher existant, ou peut-être même vouloir passer des radiateurs au chauffage par le sol (au moins au rez-de-chaussée). Ensuite, il n’y a rien d’autre que de briser le sol (sur un terrain ouvert ou une chape) complètement et d’excaver le sol au niveau désiré. Cela sera bientôt d’environ 30 centimètres, car vous devez fournir de l’espace pour une chape en béton armé (au moins 10 centimètres), l’isolation (10 à 15 centimètres, voir encadré sur la page précédente) et une nouvelle chape (dans laquelle si nécessaire, les tuyaux du chauffage par le sol sont situés) et la finition du sol (environ 7 à 8 centimètres).

@ Isotria Évitez cette erreur

Pour l’isolation, chaque centimètre compte. Si vous prenez la peine de faire excaver et reconstruire votre plancher entier par un entrepreneur, vérifiez en attendant que les épaisseurs souhaitées soient atteintes. Surtout après l’excavation du sol, un contrôle est conseillé. Cela n’est pas seulement important pour votre déclaration EPB (si votre rénovation est obligatoire), mais il augmente également l’efficacité de votre chauffage par le sol.

Quelle épaisseur avez-vous besoin pour isoler ? L’ épaisseur de l’isolation pour les toits, les murs et les planchers des maisons existantes dépend fortement des possibilités pratiques. Dans tous les cas, essayez-le aussi , afin que votre maison soit économe en énergie et précieuse à long terme. La ligne directrice qui s’applique au moins à l’ensemble du pays est une valeur U maximale de 0,24 W/m2K pour le toit (ou le grenier), les planchers et les murs. Vous obtenez cela avec une épaisseur d’isolation de 10 centimètres pour PIR ou PUR, 15 centimètres pour la laine minérale et 16 centimètres pour la cellulose.

Technologies

La dernière étape de votre rénovation énergétique est d’optimiser les techniques. C’est-à-dire : tout ce qui a à voir avec le chauffage, l’eau chaude de plomberie, la ventilation et l’électricité. En isolant correctement (voir étapes 1, 2 et 3), votre consommation d’énergie sera réduite de 30 à 40 pour cent de toute façon. Mais vous pouvez faire encore mieux en investissant dans des systèmes de chauffage efficaces combinés à des énergies renouvelables. Une chaudière de chauffage de 20 ans ou plus devrait être remplacée par une chaudière à condensation moderne de toute façon.

Chauffe-eau solaire ou Panneaux photovoltaïques ?

@ Tim Van de Velde/Arch. Tristan Jadoul En outre, vous pouvez investir dans un système de chaudière solaire, avec lequel vous pouvez couvrir jusqu’à 60 % de vos besoins annuels en eau chaude avec de l’énergie solaire. Cet investissement est particulièrement intéressant pour les familles plus nombreuses, à peu près de quatre personnes, qui ont un grand besoin d’eau chaude. Parce que peu importe à quel point cela puisse paraître étrange, plus vous consommez d’eau, plus vous économisez en proportion avec un chauffe-eau solaire. Pour les personnes seules ou les couples sans enfants, qui prennent également régulièrement une douche extérieure (par exemple au club sportif), un chauffe-eau solaire n’est souvent pas recommandé d’un point de vue financier.

Le placement de panneaux photovoltaïques pour la production d’électricité est intéressant pour la plupart des familles. En moyenne, vous gagnez une installation photovoltaïque en huit ans et bénéficiez ensuite d’une production d’électricité gratuite jusqu’à 17 ans. Avantage supplémentaire des panneaux photovoltaïques : si vous avez une rénovation est soumis à EPB, vous pouvez réduire votre niveau E avec des panneaux photovoltaïques de manière sensible.

Pompe à chaleur

L’ investissement dans un chauffe-eau solaire ou une installation photovoltaïque vient en plus de votre chaudière à condensation traditionnelle. Si vous voulez également rendre votre système de chauffage plus durable, vous pouvez envisager l’étape vers une pompe à chaleur. Remarque : ceci n’est possible que dans les maisons très bien isolées avec un chauffage à basse température (par chauffage par le sol ou radiateurs à basse température). Financièrement, cette étape n’est recommandée que si vous installez également des panneaux photovoltaïques en même temps, car vous pouvez générer vous-même l’électricité pour votre pompe à chaleur avec vos panneaux photovoltaïques.

Évitez cette erreur

Pour un bon fonctionnement, votre système de chauffage doit être adapté de manière optimale aux besoins de chaleur de votre maison. Si, pour des raisons pratiques, vous êtes obligé de chaudière et seulement alors de rénover énergiquement votre maison, discutez à l’avance avec votre installateur de chauffage central afin qu’il puisse installer un appareil avec une puissance modulante suffisante qui fonctionne également parfaitement après et ne saute pas tout le temps.

Quelques conseils

Accédez à un plan total

Ceux qui rénovent optent souvent pour une approche étape par étape pour des raisons budgétaires. Par exemple, installez d’abord une nouvelle chaudière et seulement ensuite isoler le toit, remplacer les fenêtres… Ce n’est pas en soi un problème, tant que ces différentes étapes font partie d’un plan général. Par conséquent, décidez à l’avance où exactement vous voulez terminer (par exemple, le niveau E ou le score EPC) et comment toutes les étapes individuelles s’intègrent. Pour ce faire, consultez un expert en énergie pour éviter les erreurs.

Et l’intérieur ?

Avez-vous acheté une propriété et vous avez hâte intérieur à l’adresse ? Alors ne faites pas de frais que vous regretterez par la suite. Si votre sol n’est pas encore isolé, ne posez pas de parquet coûteux. De plus, une grande rénovation de cuisine est préférable de laisser de côté pour le moment, jusqu’à ce que votre enveloppe de bâtiment soit complètement sur la bonne voie. Il en va de même pour votre salle de bain, car le choix d’une douche particulière ou d’un type de bain est étroitement lié à votre système d’eau chaude.

Vous pouvez obtenir une prime pour presque tous ces investissements. Vous trouverez ici un aperçu de toutes les primes d’énergie et de rénovation, les montants et les conditions.

Texte Tom MondelaersImage d’ouverture ©VELUX

ARTICLES LIÉS