Comment reconnaître les passoires thermiques d’une maison individuelle ?

Malgré les efforts de nombreuses personnes à lutter contre le gaspillage énergétique, c’est un peu moins de cinq millions de logements en France qui sont des « passoires thermiques ».

C’est quand même un chiffre assez conséquent et c’est là que vous vous demandez si la maison que vous occupez n’est pas une passoire thermique.

A lire en complément : Comment poncer un portail métallique ?

Une « passoire thermique », c’est quoi exactement ?

Une maison individuelle peut être qualifiée de passoire thermique ou de passoire énergétique si elle est particulièrement gourmande en énergie.

Cette consommation énergétique élevée s’explique par le fait qu’elle consomme beaucoup en chauffage et/ou qu’elle n’est pas correctement isolée.

A lire en complément : Comment choisir la taille d'une fenêtre ?

Vous devez comprendre qu’une maison dite « passoire thermique » n’est pas insalubre, elle affiche tout simplement un mauvais DPE : elle peut être classée en F ou en G.

Dans la plupart des cas, ce sont les vieux bâtiments qui ont été construits avant 1975 qui sont des « passoires thermiques ». Ces logements-là ne sont pas correctement isolés, car à l’époque, la technique d’isolation n’était pas encore au point et n’était pas encore réglementée.

La précarité énergétique en France

Comme nous l’avons évoqué dans l’introduction, la France compte quand même un peu moins de 5 millions de logements « passoires thermiques ». Ces chiffres viennent de l’Observatoire national de la Précarité Énergétique.

Une étude menée par cet organisme a dévoilé que ce sont 20% des Français qui disent avoir froid dans leur logement pendant au moins 24 heures durant la saison hivernale de 2020-2021.

Près de 10% des personnes interrogées ont également avoué que ce sont 8% de leurs revenus qui partent dans les factures énergétiques.

Vivez-vous dans une passoire thermique ?

Vu ces statistiques, il est tout à fait normal que vous vous demandiez si votre maison est une passoire thermique.

En effet, il y a des signes qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille sur cette situation dont :

·       Vos factures d’énergie qui sont élevées : comme nous l’avons évoqué ci-dessus, si ce sont 8% de vos revenus ou plus qui partent dans les factures d’énergie, c’est qu’il est fort probable que vous vivez dans une passoire thermique. Ces factures peuvent s’expliquer directement par le fait que vous mettiez à fond le chauffage pendant l’hiver et la climatisation pendant l’été. Pour faire simple, vous chauffez et rafraîchissez dans le vide. Si on remonte à l’origine, c’est qu’il y a là une mauvaise isolation. Sachez que les déperditions thermiques au niveau du toit et des murs sont dans la plupart des cas les responsables, car à eux seuls, ils peuvent représenter jusqu’à 50% des déperditions thermiques,

·       Le fait que vous ne soyez pas à l’aise chez vous : ce n’est pas normal, mais oui, ça peut arriver. Vous ne ressentez pas le confort que vous recherchez et pourtant, vous faites bien tourner le chauffage. Vous devez comprendre que même si vous chauffez à tort votre logement, la mauvaise isolation va faire que vous n’allez jamais parvenir à une température homogène. Cette sensation d’inconfort se traduit plus précisément par un air sec, une chaleur qui est très variable d’une pièce à une autre et des courants d’air et peu importe la situation, ce n’est pas du tout agréable,

·       L’humidité dans votre logement : Une maison individuelle qui est considérée comme « passoire thermique » souffre de ces problèmes d’humidité. L’humidité est une des conséquences de la mauvaise isolation et pas besoin d’un expert pour détecter la présence d’humidité dans un logement. La présence de l’humidité se traduit par une condensation sur les vitres, des tâches sur les plafonds et les murs, un décollement des papiers peints ou un écaillement de la peinture. Si ces problèmes d’humidité s’avèrent, vous devez vous en douter : vous êtes peut-être dans une passoire thermique,

·       Un DPE insatisfaisant : pour confirmer si le logement est une passoire thermique ou non, il faudrait faire intervenir un professionnel, plus précisément par un diagnostiqueur professionnel certifié, pour réaliser un DPE. Suite à l’étude de votre logement, le professionnel vous fournira une étiquette énergétique avec une note entre A et G. Si votre logement se trouve dans la classe F et G, là, il n’y a plus aucun doute : votre logement est bien une passoire thermique. Lors de ce DPE, le professionnel pourra également vous orienter vers les travaux urgents pour mettre un terme à cette précarité énergétique. Il faut aussi savoir que les changements ne vont pas uniquement se limiter à l’isolation.

Rassurez-vous : même si ce sont d’importants travaux qui vous attendent pour que votre logement ne soit plus une passoire thermique, il y a des dispositifs d’aides mis en place par l’état, par les collectivités et par les organismes auxquels vous pouvez avoir recours. Ceux-ci peuvent faire baisser la facture des travaux.

ARTICLES LIÉS